People

L’eau des nuages

Il a quitté mon cœur

Sur son retour à lui-même

Il a mis son cœur

Dans une boîte, cachée

Il a l’oublié, je me pense

Dans la tempête forte

Avec les vents de peine.

Il a parlé,

Il a parlé des choses simple

Et il a satisfait

Content, sans me voir.

Il a regardé

Les jeux.

Il a ri

Avec ses amis, un sourire.

Il a travaillé

Comme rien n’a changé.

Sans me parler,

Sans me regarder

Il s’est senti de moins en moins

Il ne l’a pas vu

Ses mots ont se assis comme les nuages

Où sont les profondeurs de tu?

J’ai espéré avoir de ses paroles les plus vraies

Parce que je les aime

Et j’ai su que je te ai connu

On veut quoi d’autre?

Sans tout le cœur

Sans les deux mains

Et moi, je suis me souvenu

Les temps de parler,

De nous nous sommes compris.

Je reappelle. C’était un décembre.

For those of you who are familiar, this is clearly a tribute to “Déjeuner du matin” by Jacques Prévert. Déjeuner du matin is the first French poem I have read (last week, in fact), and I immediately loved it. The Frenchies may correct my mistakes, and suggest better or more poetic phrasing. I hope you enjoyed it, and I look forward to your thoughts.

Advertisements
Standard